Rechercher

Prévention du risque routier en entreprise 2/3

Dernière mise à jour : 10 mai 2021

Vos informations en santé, sécurité au travail (SST)


Après avoir aborder la législation encadrant le risque routier (code de la route, code du travail, code pénal, le code civil et le code de la Sécurité Sociale), nous abordons dans ce deuxième volet les conséquences sur la santé physique et psychique.


Afin de vous apporter la meilleure information possible, nous nous sommes appuyé sur les documents et études de l'INRS. Ceux-ci sont disponibles gratuitement sur leur site www.inrs.fr.


La majorité des accidents en mission se produisent sur des petites routes départementales (souvent étroites et en courbe). En général, ils surviennent de jour, par temps de pluie avec un sol mouillé. Les conducteurs sont pressés (contrainte d’emploi du temps à respecter). Lors des entretiens, ils se disent fatigués, ayant des soucis, avec des préoccupations professionnelles qui les distraient de leur activité de conduite. Cela explique leur surprise lors du surgissement d’un autre véhicule en sens inverse ou d’une entrée en courbe, la conséquence, c'est la perte de contrôle du véhicule.

"Lors d’une collision frontale, les lésions qui mettent en jeu le pronostic vital des occupants sont principalement celles qui touchent le thorax et la tête. Quant aux handicaps, ils sont majoritairement dus à des lésions cérébrales et des membres inférieurs.

En cas de choc violent, même avec un équipement de sécurité (airbag, ceinture), la décélération importante peut provoquer des lésions graves des organes, avec hémorragie interne, ainsi qu’un traumatisme des vertèbres cervicales (flexion du cou). De plus, si un objet se trouve dans l’habitacle du véhicule, il est projeté et peut blesser les occupants."


Risques physiques

Lors de la conduite de son véhicule, le conducteur est exposé aux vibrations du véhicule. Le niveau d’exposition à ces vibrations est lié à la vitesse moyenne de conduite, ainsi qu’au type de véhicule, à la motorisation, à la période de circulation… Cette exposition répétée pourrait favoriser la survenue de douleurs au niveau de la colonne vertébrale (rachialgies).

Il est également exposé au bruit (moteur, circulation…). Selon une étude canadienne, l'utilisation de la radio et le fait de rouler les vitres ouvertes seraient les deux éléments augmentant le plus cette exposition au bruit. Il y a donc un risque de perte auditive, avec une perte qui pourrait être plus importante à l'oreille gauche.

A partir d’une température de 30 °C à l’intérieur de l’habitacle, les capacités du conducteur (vitesse de réaction, vigilance…) se trouvent dégradées, ce qui peut provoquer des accidents. Or, ces valeurs de températures sont très rapidement atteintes derrière un pare-brise.


Enfin, l’exposition à la lumière des phares, à leur réfléchissement sur des routes mouillées peut engendrer de la fatigue visuelle.


Risques chimiques


Tous les salariés qui conduisent régulièrement en milieu urbain sont particulièrement exposés aux gaz d’échappement de la circulation automobile.

Lors du remplissage du réservoir, ils sont également exposés à des vapeurs de carburant ainsi qu’à du benzène.

Ces vapeurs d’essence agissent sur le système nerveux et peuvent provoquer des troubles graves de la formule sanguine. Il est à noter que les effluents du carburant diesel et le benzène sont des cancérogènes avérés (pouvant être respectivement à l’origine de cancers du poumon ou de la vessie, et de leucémies).

Parmi les risques chimiques auxquels les conducteurs sont susceptibles d’être exposés, il ne faut pas non plus négliger ceux liés à la nature du chargement et à une exposition aux émanations, fuites, renversement ou autre exposition accidentelle.


Risques psychosociaux


Au stress lié aux contraintes professionnelles (organisation du travail, respect des délais…) s’ajoute le stress dû à la conduite elle-même (vigilance permanente, conditions de traffic ou météorologiques…). Conduire pour le travail expose donc à un risque de stress chronique avec ses conséquences sur la santé (dépression, anxiété, troubles du sommeil ou de l’alimentation, ulcères, TMS, maladies cardio-vasculaires, accidents vasculaires cérébraux…).

Les risques de violence ou d’agression ne sont pas non plus négligeables dans certains secteurs (transports de fonds ou de cargaisons ayant une valeur marchande importante).





Pour plus d'information, et pour vous aider dans votre démarche de prévention, contactez-nous contact@etolint-cabinetconseils.fr


Sources :

www.inrs.fr


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout